• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une jalousie passagère

Une jalousie passagère - Bonnie Macias

J’ai toujours passé tous les samedis avec mon amie Claire, depuis l’adolescence. Nous faisions les courses ensemble, nous allions au spa et nous nous faisions coiffer. Bref, c’était une tradition, puisque nos mères qui étaient amies, le faisaient aussi. Nous étions différentes, mais nous nous entendions à merveille. Je tenais à elle, et notre amitié était au-dessus de notre différence. Quand elle s’était mariée, elle a cessé de travailler pendant dix ans, pour s’occuper de ses enfants. Elle aimait rester avec sa famille regarder des séries télé les vendredis soirs. Quant à moi, je ne me suis jamais attachée à quelqu’un, j’aimais ma liberté, j’aimais sortir le soir pour aller au cinéma ! Un samedi, nous étions allées faire les courses ensemble. Ce jour-là, elle n’était pas comme d’habitude, elle était nerveuse et a oublié tout ce qu’elle devait acheter. D’abord, j’ai mis cela sur le fait que c’était son nouveau travail qui la rendait nerveuse. En fait, elle a obtenu un poste de secrétaire dans une société de livraison courrier et elle venait de reprendre le travail après dix ans d’arrêt. Mais ensuite, j’ai pu voir qu’elle n’était vraiment pas dans son état normal, elle regardait dans le vide et était énervée pour un rien. Je lui ai alors demandé ce qui n’allait pas, elle m’a répondu qu’elle n’a pas dormi de la nuit et qu’elle s’était disputée avec son mari. Elle m’a expliqué que la veille,  son mari, qui s’était habitué à ce qu’elle ne soit qu’une femme au foyer, a fait une crise de jalousie. Ce dernier a appelé son collègue pour l’accuser à tort d’être son amant.  Là-dessus, j’ai décidé de la ramener chez elle, parce que je voyais bien qu’elle était sur les nerfs. Quand nous sommes arrivées chez elle, nous étions surprises de voir Luc, son mari en train de discuter avec son collègue. Moi de mon côté, je me disais que je n’avais rien à faire là. J’ai dit à Claire que j’allais partir, mais elle m’a retenue, elle a dit qu’elle avait besoin de moi. J’ai alors décidé de rester. En fait, les deux hommes se sont déjà expliqués, Luc s’est excusé d’avoir accusé à tort le collègue de Claire. Et détail amusant : les deux hommes se sont bien entendus et ont prévu de faire une sortie à quatre avec leurs épouses respectives. Quoique j’étais contente de voir que tout s’est arrangé pour Claire et son époux,  j’ai trouvé la situation burlesque. Alors, je me suis rappelée pourquoi je ne me suis jamais mariée.

À propos de l’auteur :

author